Les consommateurs vont-ils monétiser leurs données ?

By 21/10/2015Articles

Même si peu de gens comprennent les subtilités du fonctionnement du retargeting, les clients sont de plus en plus conscients de la valeur de leurs données, et certains vont même jusqu’à vouloir les monétiser. Pourquoi ne pas récupérer une petite partie du gâteau de la publicité ciblée, qui n’existerait pas sans notre accord – plus ou moins explicite – à utiliser nos données personnelles ?
C’est ce qu’a pensé Federico Zannier, un étudiant américain qui a décidé, il y a quelques mois, de proposer aux annonceurs et aux agences les données qui décrivent l’intégralité de son comportement sur le web, de ses parcours géo-localisés et de l’usage de son clavier (voir son site : http://myprivacy.info/). Tout cela pour 2 dollars par jour. Un tarif accessible, a priori, mais multiplié par le nombre de clients dans votre base, valorisés ne serait-ce que sur un mois de suivi, vous arrivez vite à des montants colossaux.

A travers cette initiative, cet étudiant souhaite donner à chacun les moyens de monétiser ses propres données. Son idée a en tout cas intéressé quelques généreux donateurs, et son projet a récolté ainsi plus de 2700 dollars en un mois.

En France, l’idée fait aussi son chemin. La start-up yesprofile.com, par exemple, propose de vous aider à monétiser votre profil, en servant de plateforme intermédiaire pour vous connecter à vos marques préférées, et récolter le revenu de la location de vos données. Vous pouvez d’ailleurs évaluer la valeur de votre profil sur le marché grâce à leur simulateur. En parallèle, d’autres initiatives naissent pour permettre aux internautes de contrôler leurs données et leur donner les outils pour prendre conscience des utilisations qui en sont faites. (voir à ce sujet cet article de l’Atelier )

Comment se préparer à cette évolution du marché ?

A mesure que les consommateurs prennent conscience de la manière dont leurs données sont utilisées par les marques, ils deviennent plus exigeants et s’attendent à ce que les communications qui leurs sont faites soient de plus en plus personnalisées. Il est temps que les marques et les enseignes mettent en place des solutions pour interagir de manière personnalisée avec leurs clients et ceci de façon homogène, à travers les différents canaux et terminaux d’interaction client.

Pour y parvenir, il est plus que jamais nécessaire de disposer de datamarts qui stockent les données sur le comportement du client et de solutions d’automatisation de campagnes qui soient capables de leur proposer la bonne offre, sur le bon canal et au bon moment.

C’est ce qui permettra d’affronter sereinement la prochaine évolution du marketing digital : lorsque le client définira lui-même s’il souhaite partager ses données avec ses marques préférées. C’est d’ailleurs l’évolution inéluctable qui a déjà touché les sites web, aux Etats-Unis et en Angleterre : à travers les systèmes « d’opt-in cookies », l’internaute peut maintenant décider s’il veut être tracé ou pas, une fois arrivé sur le site.

Lorsque les sites devront se conformer à la loi, ce sont ceux qui auront su créer une relation de confiance et qui auront les outils pour gérer ce degré de personnalisation qui sortiront gagnants.